La Loi Labbé du 6 février 2014 prévoit la mise en place de l’objectif « zéro pesticide » dans l’ensemble des espaces publics à compter du 1er janvier 2017 : interdiction de l’usage des produits phytosanitaires par l’État, les collectivités locales et établissements publics pour l’entretien des espaces verts, des promenades, des forêts, et des voiries.

À partir du 1er janvier 2019, la vente de pesticides chimiques de synthèse sera tout simplement interdite aux particuliers. D’ici là, les pesticides chimiques de synthèse n’ont plus le droit d’être vendus en libre-service. Cette mesure concerne tout particulièrement les jardiniers amateurs.

À noter que les produits de bio-contrôle, qualifiés à faible risque ou dont l’usage est autorisé dans le cadre de l’agriculture biologique, peuvent être utilisés.

De quoi parle-t-on ? Un pesticide, c’est quoi ?
Un pesticide, appelé également produit phytosanitaire, est un produit contenant une substance active mélangée à des adjuvants, utilisé pour lutter contre des organismes considérés comme « nuisibles » (insectes, champignons, végétaux, limaces, etc.).

Pourquoi avoir interdit l’usage des pesticides dans les espaces publics ?

  1. Pour préserver les sols, l’eau et la biodiversité. Les résidus des pesticides que l’on répand dans la nature s’infiltrent dans la terre et se transforment en composés chimiques toxiques qui affaiblissent la fertilité des sols à long terme et se retrouvent à terme dans l’alimentation. La petite faune (vers de  terre, mille-pattes, insectes…) est aussi largement impactée par cette pollution. Le risque de contamination des eaux est aggravé en raison du transfert accéléré des pesticides vers les points d’eau.

  2. Pour protéger l'Homme et sa santé. Les pesticides sont conçus pour détruire des organismes  vivants indésirables et les êtres humains peuvent être des cibles involontaires par ingestion, respiration et simple contact. De nombreuses études démontrent que l’usage des pesticides est à l’origine d’intoxications ou de réactions allergiques, notamment chez les plus jeunes. Les troubles neurologiques ou cognitifs, la baisse de la fertilité, le développement de maladies comme les cancers ou les leucémies, peuvent être corrélés à l'usage des pesticides.